argumentaire du COLLOQUE JOHN DEWEY


1. John Dewey, inspirateur universel ?

Tous ceux qui s’intéressent à la question de l’expérience comme construction des connaissances et de la personnalité, à la question de la constitution de la démocratie par la formation, à celle de l’éducation nouvelle en général, ne peuvent rester insensibles à la personnalité et à l’œuvre de John Dewey. Tous ceux qui pensent et mettent en pratique les pédagogies du « faire », notamment par le projet, y compris dans ses dimensions institutionnelles et politiques, peuvent se reconnaître dans John Dewey et les « Laboratory Schools ». Tous ceux qui forment, enseignent, accompagnent, ne peuvent rester insensibles aux postures que prône John Dewey, au regard d’une expérience et d’expérimentations aux ressorts multiples. Tous ceux qui, d’un point de vue philosophique et méthodologique, se confrontent au pragmatisme, trouvent en la pensée et l’action de John Dewey matière à chevauchement et comparaison.

Dans ce colloque international, il sera question de mettre en perspective, y compris par comparaison, les apports de John Dewey à la pédagogie en général, aux pédagogies nouvelles et à celles de l’expérience en particulier. Il sera question de penser John Dewey dans l’influence qu’il a eu et a dans les valeurs, les pratiques pédagogiques, politiques, esthétiques, dans les institutions par exemple à travers les notions d’espace public, d’expérience, de démocratie, d’enquête, de philosophie comme art de vivre…

2. John Dewey, repères sur la vie et l’œuvre.

John Dewey est né le 20 octobre 1859 à Burlington, dans l’état du Vermont aux États-Unis. Il est le troisième enfant d’une famille de la classe moyenne. Après avoir terminé un cycle d’études classiques, Dewey s’inscrit à l’Université Johns Hopkins, où il suit l’un des premiers programmes universitaires en philosophie aux États-Unis. Sa formation se déroule principalement sous l’influence du G. Stanley Hall, psychologue expérimental et de George S. Morris, philosophe hégélien.

Il devient professeur à l’Université du Michigan en 1884. Il publie alors dans les spécialités de la pédagogie et de la psychologie. En 1894, il accepte un poste de professeur et directeur de département à l’Université de Chicago, où il restera jusqu’en 1904. Il prend alors ses distances vis-à-vis du néo-hégelianisme. Il développe, sous l’influence de William James, une approche plus expérimentale. Pendant cette décennie il écrira plusieurs textes consacrés à la nouvelle pédagogie expérimentale, à la critique du réductionnisme psychologique et se formera aux idées du progressivisme et du réformisme social et politique. De cette époque datent l’article fondamental « The Reflex Arc Concept in Psychology » (1896) et le livre School and Society (1899). La fondation des « Laboratory Schools », écoles organisées à partir d’une nouvelle pédagogie expérimentale, date de cette époque. Sa vision pédagogique s’articule à partir d’un naturalisme qui conquerra progressivement toute sa pensée.

En 1904, Dewey quitte l’Université de Chicago suite à des désaccords dans la gestion des « Laboratory Schools ». Il est élu professeur à l’Université de Columbia. Il y restera jusqu’à la fin de sa carrière. John Dewey renforce son intérêt pour l’épistémologie et la philosophie générale. Ses articles majeurs de la décennie seront ensuite recueillis dans les deux volumes The Influence of Darwin in Philosophy & Other Essays (1910) et Essays in Experimental Logic (1916). L’attention croissante à la philosophie de la connaissance est aussi la base de How we think (1910, révisé en 1933), un ouvrage dans lequel la nouvelle logique expérimentale pédagogique et l’approche naturaliste à l’étude de la conduite humaine sont mises à contribution dans le champ de la pédagogie.

Avec Democracy and Education (1916), qui utilise la même approche méthodologique, Dewey montre son intérêt grandissant pour la politique. Les réflexions pédagogiques et psychologiques antérieures débouchent sur une vision complexe de la société moderne et de l’articulation de la science, de l’intelligence, et de l’action humaine qui en découle. Dewey s’impose alors comme un des plus importants intellectuels de son temps et participe aux débats politiques, culturels ou sociaux qui marquent cette époque.

La publication de Human Nature and Conduct en 1922 lance une décennie pendant laquelle Dewey publiera ses travaux les plus importants. Il couvre alors un vaste champ épistémologique, dans la tradition de la philosophie sociale de George Herbert Mead, qu’il mobilise dans les champs de la psychologie en passant par l’éthique, la politique, la religion, l’art et la science.

Dans Reconstruction in Philosophy (1920) ainsi que dans les Lectures in China (1921) Dewey développait sa vision aboutie d’une philosophie sociale fondée sur un réformisme progressiste en vue d’une reconstruction radicale de la société. En 1925, dans Experience and Nature, Dewey esquisse sa vision métaphysique intégrale, dans laquelle le naturalisme s’articule à l’expérimentalisme pragmatiste. En 1927, en publiant The Public and its Problems, il formule sa théorie de la démocratie. Et en 1929, dans The Quest for Certainty, il se montre analyste de la modernité dans une perspective historique : le voilà visionnaire à partir des conséquences de la révolution scientifique du XVIIe siècle.

En 1930, Dewey part à la retraite mais n’arrête pas son activité d’écriture. En 1932, il reprend profondément, avec James Tufts, l’œuvre Ethics parue en 1907. En 1934 il initie, avec Art as experience, une tradition véritablement pragmatiste en esthétique. A Common Faith, traité de philosophie de la religion, est publié la même année, tandis que Liberalism and Social Action paraîtra l’année suivante. Cette période, très productive et créative, se terminera avec la publication de son grand traité de philosophie de la connaissance et de la pensée, Logic. The Theory of Inquiry en 1938.

Dewey s’éteint le 2 juin 1952, à l’âge de 92 ans, ayant encore poursuivi son engagement intellectuel, aussi bien de publiciste que de philosophe.

John Dewey a été, durant une carrière académique de plus de soixante ans, un contributeur fondamental dans presque tous les domaines des sciences humaines et sociales. Il a promu une approche évolutive et la logique expérimentale et de la connaissance. Il a été l’un des fondateurs de la psychologie fonctionnaliste, de la pédagogie expérimentale du XXe siècle, initiateur incontesté des approches délibératives de la démocratie. Dewey est certainement l’auteur qui a le plus contribué au rayonnement du pragmatisme dans les différentes sphères sociales et culturelles.

Ce colloque international cherche à comprendre en quoi Dewey, sa personne, son œuvre, ses positions, ses concepts et ses écrits sont aujourd’hui encore inspirants ou en quoi ils ont été inspirants de pensées et pratiques contemporaines. En quoi Dewey, en tant qu’homme, théoricien et praticien marque notre époque, directement ou indirectement, dans les différents champs qu’il a abordés. En quoi fait-il école ? Dans quels domaines, selon quelles modalités et dans quelles institutions trouve-t-on des traces, des marqueurs de sa pensée ?

3. Domaines d’inspiration autour de 5 axes

3.1 Axe 1: A travers les ouvrages, les concepts, les épistémologies.

Il s’agit de s’intéresser aux écrits, célèbres ou non, de John Dewey et d’interroger leur épistémologie, en particulier sa théorie de l’enquête qui constitue le fondement de sa pédagogie comme de sa théorie sociale. Au fond, il s’agit de comprendre les textes en les analysant, les mettant en perspective avec des œuvres contemporaines et/ou les inscrivant dans un parcours d’écriture et de pensée. En quoi les écrits de John Dewey font-ils écho à d’autres œuvres, antérieures, contemporaines ou suivantes ?

John Dewey a développé de nombreuses idées, sur la démocratie, la philosophie, l’esthétique et bien sûr l’éducation et la pédagogie. L’instrumentalisme, la théorie de l’enquête, le fonctionnalisme en psychologie, le rôle de l’expérience dans la formation du citoyen en sont quelques exemples.

Aujourd’hui, qui ces idées, ces concepts, les épistémologies influencent-ils ? Qui s’en inspire ? Qui les cite et les utilise ? Il s’agit aussi éventuellement, pour le communicant, de dire en quoi les idées, les concepts, les épistémologies de John Dewey sont importants pour lui.

3.2 Axe 2: A travers la praxis, les outils, les méthodes.

John Dewey a été fécond et imaginatif dans le domaine des idées, sur la démocratie, la philosophie, l’esthétique et bien sûr l’éducation et la pédagogie. Il a prôné des méthodes, notamment le fameux « hands-on learning » (« apprendre par l’action »). Il a, plus ou moins directement, inspiré des outils liés à sa conception de l’expérience : par exemple le mouvement de la réflexivité en action, en renouvelant l’idée du professionnel (Donald Schön). Lesquelles de ses idées a-t-il mis en œuvre et dans quelle mesure ?

Aujourd’hui, qui cette praxis, ces outils, ces méthodes influencent-ils ? Qui s’en inspire ? Qui les cite et les utilise ? Qui les prolonge ? Il s’agit aussi éventuellement, pour le communicant de dire en quoi la praxis, les outils, les méthodes de John Dewey sont importants pour lui.

3.3 Axe 3: A travers les réseaux de sociabilité et les histoires de vie.

John Dewey a été en relation, a fréquenté et a influencé de nombreux réseaux. Il a été l’une des figures majeures, avec Charles S. Peirce et William James du courant pragmatiste. Il est considéré comme un représentant éminent et novateur du vaste courant de l’éducation nouvelle avec qui il a discuté, créé des alliances, des reconnaissances mais aussi quelques controverses.

Aujourd’hui, qui ces réseaux de sociabilité influencent-ils ? Qui s’en inspire ? Qui les cite et les utilise ?

Aujourd’hui, qui cette histoire de vie influence-t-elle ? Qui s’en inspire ? Qui la cite ?

3.4 Axe 4: Dans les organisations, dans les institutions.

John Dewey a très fortement influencé certaines politiques éducatives, directement ou indirectement. Ses idées ont contribué à modifier certaines façons de comprendre et d’organiser les structures sociales. Quelles sont les organisations et les institutions qui se revendiquent de ses idées et de son héritage ? Quelles sont celles qui ont subi son influence ? Quelles traces trouve-t-on dans les organisations et les institutions de ses idées et préconisations ? Comment le processus d’implantation, de transposition, de transmission, de mutation éventuelle s’est-il développé ?

3.5 Axe 5: Et par analogie, les inspirations tierces …

Avec qui peut-on faire un parallèle dans le monde des sciences humaines et sociales ? Quelles idées, quels concepts, ont connu un destin analogue à ceux de John Dewey ? Il s’agit ici de penser le transverse, l’analogie voire le symbolique ; de proposer des liens, même inattendus et pourtant argumentés. Qui, dans le monde des sciences humaines et sociales, a développé une démarche intellectuelle, scientifique analogue en termes de cheminement ? Quels concepts, quelles idées ont cheminé, et de quelle façon, parallèlement à ceux de John Dewey ?